Imprimer
Catégorie : Blog
 A travers cette échelle – basée sur des connaissances très anciennes qui commencent à trouver une validation scientifique (sans laquelle plus rien n’est considéré comme sérieux ou potentiellement « vrai », n’est-ce-pas ? Comme si la science était à l’abri d’erreurs, de contre-vérités, de partialités, de réductions, voire même de mensonges et de manipulations parfois ?  Il est intéressant de lire Ruppert Sheldrake à ce propos)Idris Lahore propose à titre informatif une trame dans laquelle chaque thérapie – et chaque thérapeute – peut trouver sa juste place.

Un des principes qui la fonde est que «lorsqu’on traite une maladie en dessous de son niveau de cause, elle ne pourra pas guérir, ou bien disparaitra pour ressurgir sous une nouvelle forme») , notamment à un autre niveau.

niveaux

Ce niveau de cause peut être :

  • corporel

    avec 3 parties  :  un niveau structurel (os, articulations, muscles, fascias…), un niveau biochimique (toutes les substances de la biologie du corps)  et un niveau biophysique (l’architecture électromagnétique du corps)


  • Psychique

    avec un niveau émotionnel (émotions négatives, humeurs, sentiments…), et un niveau intellectuel ou cognitif (schémas de pensée, croyances limitantes)


  • Energétique

    dimension mieux appréhendée par les médecines non occidentales ou non conventionnelles, avec les lignes et les centres énergétiques du corps (méridiens, chakras…)


  • Systémique

    nos différents inconscients collectifs, les influences invisibles de nos différents systèmes d’appartenance, famille notamment


  • Spirituel

    qui peut être envisagé comme un niveau par ceux qui y portent intérêt…


     Toute maladie ou trouble est souvent voire toujours le résultat d’un faisceau de causes, mais elle ou il peut prendre sa source à l’un de ces niveaux et se répercuter en aval, et la méthode thérapeutique la plus adaptée est celle qui agira à ce même niveau.

     Il peut donc être particulièrement important de prendre toutes ces dimensions en considération ?

     Ainsi par exemple, 

  • au niveau corporel structurel

    si nous savons que les émotions s’inscrivent dans les tensions musculaires et que certaines psychothérapies prennent directement en compte cette dimension, nous avons peut-être moins conscience que des atteintes de notre système postural – charpente osseuse, muscles, articulations… – et aussi certaines habitudes posturales, peuvent directement ou indirectement influer sur notre psychisme, tant sur nos émotions que sur nos pensées… A ce niveau, les méthodes psycho-corporelles comme le Tai Tchi Chuan, le Qi Gong, le yoga ou autres, … peuvent voir leur action se répercuter sur d’autres plans.. Il est aussi facile de vérifier qu’il n’est par exemple pas indifférent sur le plan psychique d’adopter une posture et un regard droits plutôt que tête et yeux baissés…

  • au niveau corporel biochimique

    les perturbations de l’équilibre de nos neurotransmetteurs, enzymes, hormones et autres molécules messagères peuvent souvent avoir une origine émotionnelle et à leur tour générer des troubles d’ordre psychique. Elles peuvent aussi être liées à une alimentation et une respiration de qualité insuffisantes. A côté des médicaments de synthèse de la médecine moderne, et de la prise en compte de la souffrance psychique, il peut être essentiel de revoir la qualité de son alimentation , d’apprendre à mieux respirer, de détoxiquer son organisme…

  • au niveau corporel biophysique

    les pollutions électromagnétiques liées à notre environnement d’aujourd’hui interagissent directement avec le champ électromagnétique humain et peuvent provoquer certains états de stress, d’insomnies, d’irritation… Là où les thérapeutiques modernes ont plutôt un impact ciblé sur un organe ou une fonction par exemple, certaines thérapeutiques « traditionnelles » ou « naturelles » (homéopathie, acupuncture, musicothérapie, chromothérapie, samadeva énergétique ayurvédique et autres méthodes euphoniques…) ont comme but une harmonisation globale de l’organisme…

  • au niveau des émotions

    ce sera plus spécifiquement le domaine de toutes les formes de psychothérapie : l’atteinte de ce niveau est causée par tous nos stress – présents et passés, conscients ou inconscients – , notre réactivité émotionnelle s’étant essentiellement façonnée à travers les expériences de nos premières années de vie

  • au niveau des schémas de pensée

    c’est là encore le domaine des psychothérapies qui vont travailler à une nécessaire restructuration cognitive

  • au niveau énergetique

    la base de la santé est la circulation fluide de l’énergie ou des énergies dans l’être humain, comme la sève circule dans l’arbre, en tous cas sur le plan des méridiens. Tout blocage ou perturbation au niveau de cette circulation énergétique – du fait d’un stress trop important (émotionnel à 90%) ou d’une incapacité à s’y ajuster sainement et l’intégrer – va générer un nouveau trouble physique ou psychique. On va trouver là des méthodes thérapeutiques comme l’acupuncture, les thérapies énergétiques par les méridiens, les psychothérapies énergétiques (EFT, EMDR,…), les Reiki Soufle

  • au niveau systémique

    nous sommes tous soumis à l’influence de membres de notre système familial et certaines de ces influences, fortes et douloureuses, peuvent être à l’origine de certains troubles récurrents et résistants. A ce niveau, on trouve la psychogénéalogie, les constellations familiales, les techniques transgénérationnelles…

  • au niveau spirituel

    Pour les personnes qui ont un intérêt pour lui ! La thérapie du niveau spirituel – pour un problème lié au sens réel ou au manque de sens réel, profond, essentiel qu’on donne à sa vie – c’est le chemin spirituel… Et là, à chacun de discerner comme il peut ce qui sera pour lui un chemin spirituel authentique, ou une voie d’errance ?

    Il me parait en tous cas essentiel d’inviter chacun à prendre en compte ces différents niveaux pour lui-même, mais aussi d’enrichir ma pratique d’outils la complémentant, au moins sur les plans psycho-corporel, énergétique et systémique… Et bien entendu de partager  autant que possible un réseau de professionnels aux compétences  complémentaires